Actualités
    Chargement ...
    Merci de patienter
    Chargement ...
    Merci de patienter
    Chargement ...
    Merci de patienter

    C’EST LA VIE

    D'APRÈS PETER TURRINI
    MISE EN SCÈNE CLAUDE BROZZONI

    MAR.6 | MER.7 | JEU.8 | VEN.9 | SAM.10 | MAR.13 | MER.14 | JEU.15 OCT.

    à 20h30 | SAUF JEU. à 19H

    SALLE DE CREATION | TARIF C

    Théâtre

    À l’issue des représentations du jeudi 8 et du mercredi 14, une rencontre en bords de plateau avec Claude Brozzoni et l'équipe artistique vous est proposée.

    Claude Brozzoni met en scène le parcours d’une vie, celle de l’auteur autrichien Peter Turrini, avec lequel il entretient une amitié profonde. Sur la petite scène en bois, entouré de deux musiciens, l’acteur Jean-Quentin Châtelain offre sa démesure aux mots de ce texte puissant et sensible qui part de l’intime pour mieux raconter le monde.
    Écrit spécialement pour Claude Brozzoni, le texte de C’est la vie retrace en poésie les jalons d’une existence. Peter Turrini a grandi dans l’Autriche de l’immédiat après-guerre. Témoin, il pose son regard singulier sur les événements qui ont balisé sa vie. Auteur engagé, ses textes ont souvent fait l’objet de scandales. Poète, c’est d’un souffle lyrique qu’il habille ses mots.
    Claude Gomez et Grégory Dargent ont composé la musique de ce spectacle, voulu entre l’oratorio et la revue, qui évoque l’enfance, la famille, les rejets, les premières amours, le travail, la politique, le sexe, l’amitié, la dépression et l’espérance. Mais nous sommes bien au théâtre, cet art qui parle de la vie en prenant soin de la décaler du réel.

    Ce texte est le fruit d’un désir, d’une demande. Après avoir monté plusieurs pièces de Turrini, auteur encore trop méconnu en France, en vertu des liens qui les relient tous deux depuis une quinzaine d’années, le metteur en scène annécien Claude Brozzoni souhaitait un texte écrit pour lui, comme un cadeau. Convaincu que le public a besoin de poètes qui sachent parler du monde, de sa profondeur. Parler de l’amour aussi, en le replaçant au centre. Convaincu aussi du pouvoir de guérison de la musique des mots… Le théâtre créé par la compagnie s’est toujours appuyé sur des textes au souffle épique, à la poésie affirmée, propres à une large écoute populaire. Des textes qui engagent l’homme dans sa responsabilité humaine.
    Peter Turrini est considéré comme l’un des dramaturges les plus importants de la langue allemande.

    CLAUDE BROZZONI & BONLIEU
    Barbe Bleue - NOV. 2003
    Au nom de l’amour - JAN. 2004
    Le Géant de Kaillass - JAN. 2005
    Médée Kali - OCT. 2006
    Onysos le furieux - MARS 2007
    La mort du roi Tsongor - JAN. 2009
    L’Iliade - MARS 2009
    Rita ou le mari battu de Gaëtano Donizetti - MARS 2010
    Quand m’embrasseras-tu ? - OCT. 2010
    La Couronne de plumes - MARS-AVR. 2011
    L’Iliade - MAI 2013

    texte Peter Turrini
    mise en scène Claude Brozzoni
    traduction Silvia Berutti-Ronelt, Jean-Claude Berutti
    adaptation Dominique Vallon, Jean-Quentin Châtelain, Claude Brozzoni
    composition musique Grégory Dargent, Claude Gomez
    assistanat à la mise en scène Dominique Vallon
    comédien Jean-Quentin Châtelain
    musiciens Grégory Dargent, Claude Gomez
    scénographie Elodie Monet
    direction technique et régie son Titou Victor
    création lumière Nicolas Faucheux
    régie lumière et vidéo Fabienne Flouzat
    régie plateau Solène Ferreol
    costumes Pascale Robin
    montage vidéo Gwenaëlle Rabin
    vidéo Gwenaëlle Rabin
    construction décor Espace et Cie
    presse Isabelle Muraour
    administration Virginie Bellaïche
    diffusion Camille Bard

    ©Sandra Bariller
    ©Isabelle Fournier

    production Cie Brozzoni
    coproduction Bonlieu Scène nationale Annecy
    avec le soutien du Théâtre de l’ANCRE – Charleroi, Belgique
    La Cie Brozzoni est en convention triennale avec le Ministère de la
    Culture et de la Communication DRAC Rhône-Alpes, la Région
    Rhône-Alpes et la Ville d’Annecy. Elle est subventionnée par le
    Conseil Général de la Haute-Savoie. L’Arche est agent théâtral du texte représenté. www.arche-editeur.com

    Texte publié chez Actes Sud-Papiers en octobre 2015. La SPEDIDAM est une société de perception et de distribution qui gère les droits des artistes-interprètes en matière d’enregistrement, de diffusion et de réutilisation des prestations enregistrées.

    À voir aussi

    CLAUDE BROZZONI

    Né en Haute-Savoie en 1955, Claude Brozzoni commence par des études techniques suivies de petits boulots, dont celui de serrurier, puis entame, sur le tas et presque par hasard, une formation de comédien qui le conduit à la mise en scène. Dans sa famille immigrée d’Italie, les livres n’existaient pas. Le théâtre l’ouvrira à la littérature, la peinture et la musique. Son milieu d’origine était un monde de croyances, au quotidien rythmé par les cérémonies religieuses, où le sacré représentait une valeur centrale. Brozzoni tire de cet héritage une éthique et une approche intime des choses et des gens, davantage fondée sur l’intuition que sur l’intellect. De son grand père maternel, qui parlait à ses vaches et l’initiait à la nature, il a gardé cette capacité d’aller au-delà des apparences, pour capter la transcendance des choses. Sa mère est celle qui lui a transmis une aptitude à rêver le monde, à le voir plus grand malgré les difficultés matérielles. Cela lui permet, dit-il, de restituer, dans certaines de ses mises en scène, le souffle d’une classe sociale oubliée, avec ses colères et ses rêves, ses espoirs et sa culture. Si on chante beaucoup dans les pièces mises en scène par Brozzoni, c’est peut-être qu’il entend encore son père sifflant Verdi ou les chants des républicains italiens. Le théâtre représente pour lui la voix amplifiée de ses parents ouvriers ou de ses ancêtres paysans. Ses rencontres avec des comédiens comme Dominique Vallon ou Carlo Brandt et des auteurs comme Turrini, Ehni ou Gaudé le confortent dans ses choix, comme un écho qui rend la voix à ces petites gens. Il dit de ses parents «qu’ils l’ont bien construit», comme il le fut sans doute par sa rencontre avec le plasticien Jacques Quoëx. Ce dernier l’initie à la scénographie et le sensibilise à la peinture et c’est ainsi, affirme-t-il, «qu’il a pénétré le théâtre par les yeux et par les mains». À l’opposé d’une conception du théâtre pour le théâtre, les mises en scène de Brozzoni provoquent et convoquent les puissances archaïques de nos êtres pour «qu’il fasse homme en nous» comme le suggère un écrivain et metteur en scène africain. Il espère, à travers un jeu démasqué, conduire à une représentation vraie où les yeux des acteurs deviennent les projecteurs de l’émotion sincère.

    JEAN-QUENTIN CHÂTELAIN

    Formé au Cours d'Art Dramatique de Genève, puis au Théâtre national de Strasbourg, Jean-Quentin Châtelain a joué dans une cinquantaine de spectacles. Claude Régy a fait appel à lui pour Le Criminel, Le Cerceau, La Terrible voix de Satan et Des Couteaux dans les poules. À la télévision, il a notamment travaillé avec Pierre Koralnik, Robert Kramer, Don Kent ou Mathieu Amalric. Il fut également la voix-off de l'émission Silence, ça pousse ! sur France5. Au cinéma, il a fait ses débuts en 1983 avec Jacques Nichet dans La guerre des demoiselles. Depuis, il a tourné dans une vingtaine de longs-métrages.

    LA PRESSE EN PARLE

    "Nul doute que sa force généreuse et la puissance de sa sensibilité éclaireront la poésie du texte. Sur scène, il ne sera pas vraiment seul : des musiciens, et toute la magie, espère-t-on, d'un projet né des liens inestimables que des artistes ont tissé au fil du temps." Kaële, SEPT 2015

    Lire l'article entier

     

    "Tempête violente de vagues qui implosent au contact de la scène, le chemin parcouru par les fauves qui sont sur scène nous submerge aisément, c’est sans doute la marque de réussite de ce spectacle…"

    Antoine Guillot, Carnet d'Art, OCT 2015

    Lire l'article en entier