Actualités
  • 12 - 16.JUIN
    INFO BILLETTERIE

    Pendant le festival international du film d'animation, la billetterie est exceptionnellement transférée au 2ème étage du Forum de Bonlieu et vous accueille de 14h à 18h.

  • PRÊTS POUR LA GRANDE BALADE ?!!
    RENDEZ-VOUS SAM.30 JUIN DÈS 19H
    POUR LA SOIRÉE D'OUVERTURE D'ANNECY PAYSAGES !

    C’est un samedi et c’est gratuit !

    La Grande Balade fait son grand retour avec sa table de pique-nique géante et ses spectacles. Une soirée d’ouverture pour inaugurer le festival Annecy Paysages !


    Au programme :

    - 19h : Rendez-vous sur notre table de pique-nique géante longue de 150 mètres, entre la place Notre-Dame et la rue Filaterie ! Partagez un repas convivial et laissez-vous surprendre par les musiciens aux fenêtres qui rythmeront votre dîner. Une programmation musicale originale proposée par l'Onde & Cybèle.

    - 20h : Antoine Le Menestrel escalade à mains nues la façade de l’église-Notre Dame. De quoi vous donner le vertige !

    - 21h : Rendez-vous au puits Saint-Jean pour déambuler avec les sculptures aériennes d' Aérosculpture. Flânez à travers le Pâquier, le pont des Amours et les Jardins de l’Europe jusqu’à l’Hôtel de Ville.

    - 22h : Johanne Humblet de la compagnie Les filles du renard pâle vous attend pour s’élancer sur son fil de 12 millimètres de diamètre entre l’Hôtel de Ville et le clocher de l’église Saint-Maurice. Souplesse et équilibre sont de rigueur.

    - 23h : Bougez au rythme de Dario Rossi et Etienne de Crécy sur le Pâquier. Une programmation proposée par le-brise-glace.

     

    ON VOUS ATTEND NOMBREUX !

     

    >> toutes les infos sur www.annecy-paysages.com <<


  • Découvrez le programme !
    LA SAISON 18 • 19 EST EN LIGNE !
    Découvrez le programme !

    Chargement ...
    Merci de patienter
    Chargement ...
    Merci de patienter
    Chargement ...
    Merci de patienter
    CRÉATION

    DFS (CRÉATION 2016)

    CHORÉGRAPHIE Cecilia Bengolea & François Chaignaud

    MER. 7 | JEU.8 | VEN. 9 | SAM.10 DÉC.

    À 20H30 | SAUF JEU. À 19H
    PETITE SALLE | DURÉE 1H

    TARIF C
    CRÉATION danse

     

    UNE SÉANCE SUPPLÉMENTAIRE EST RAJOUTÉE SAM.10 DÉC. À 20H30

    François Chaignaud et Cecilia Bengolea, chorégraphes audacieux de la nouvelle génération, nous invitent dans leur exploration du chant polyphonique traditionnel géorgien associé au dancehall jamaïcain. Le répertoire aux sonorités étranges et rêches, interprété a cappella, accompagne une danse combative, technique et rythmée emmenée par 5 ballerines et les chorégraphes... Une alchimie inattendue et magique !
    Poursuivant une exploration initiée dans leur création précédente, François Chaignaud et Cecilia Bengolea confrontent des styles et des périodes, aiguisant les pratiques et les contrastes. Corps et voix sont ici conviés et mis au même niveau. Immense défi technique que de danser et chanter a cappella ces polyphonies (médiévales et géorgiennes). François Chaignaud rêve d’'une expression totale des corps produisant un événement à la fois musical, vocal, visuel et kinésique. Cecilia Bengolea, fascinée par la complexité du dancehall jamaïcain, explore cette culture musicale et chorégraphique associée à la résistance et à la dénonciation des idéologies oppressives. Les deux chorégraphes offrent ici une création de haute volée !
    Depuis 2005, un dialogue soutenu entre François Chaignaud et Cecilia Bengolea donne vie à des œoeuvres présentées dans le monde entier. Leur écriture chorégraphique est rigoureuse et joueuse, voluptueuse et acérée. Leurs créations placent souvent le corps dans des dispositifs de transformation extrême (pénétration, privation d’'air, suspension). Ils ont notamment reçu le prix de la révélation chorégraphique de la critique en 2009. Diplômé du Conservatoire national supérieur de danse de Paris (2003), François Chaignaud est aussi historien et étudie le chant. Formée en danse jazz et danses urbaines, Cecilia Bengolea a suivi le cursus de danses ancestrales d'Eugenio Barba et, en 2004, la formation Ex.e.r.ce avec Mathilde Monnier. Elle a étudié la philosophie et l'histoire de l’'art à l'Université de Buenos Aires.

    conception Cecilia Bengolea, François Chaignaud
    collaboration chorégraphique
    Damion BG Dancer, Joan Mendy
    interprétation
    Cecilia Bengolea, Damion BG Dancer, François Chaignaud, Valeria Lanzara, Joan Mendy, Erika Miyauchi, Shihya Peng

    chefs de chant Cécile Banquey, Baptiste Chopin, Alix Debaecker, Eugénie de Mey, Marie Picaut, Celia Stroom

    régie générale Jean-Marc Ségalen

    vidéo Guilhem Comaills (avec la participation de Giddy Elite Team)
    son Clément Bernerd
    conception costumes Cecilia Bengolea, François Chaignaud

    réalisation costumes Méryl Coster, France Lorenzi



    production Vlovajob Pru

    production déléguée Vlovajob Pru


    Vlovajob Pru est subventionnée par la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes et le Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes et reçoit le soutien de l’Institut français et de l’Institut français / Ville de Lyon pour ses projets à l’étranger.

     

    Cecilia Bengolea et François Chaignaud sont artistes associés à Bonlieu Scène nationale Annecy et ont répété en résidence le spectacle DFS à Bonlieu Scène nationale Annecy. Ils sont en résidence longue à l’Echangeur – CDC Hauts-de-France (2014-2015-2016).

    coproduction Bonlieu Scène nationale Annecy et La Bâtie Festival de Genève dans le cadre du programme INTERREG France-Suisse 2014-2020, Club Création Entreprises Annecy, l’'Echangeur CDC Picardie, Festival d’'Automne à Paris/Les Spectacles vivants-Centre Pompidou, Biennale de la Danse de Lyon, Opéra de Lille, deSingel Anvers, Salder's Wells Londres, CCN de Grenoble, CDC de Toulouse, Gessnerallee Zurich

     

    avec le soutien de l'’Institut Français Paris (2014 et 2015), FIACRE - Fonds d'’Innovation Artistique et Culturelle en Rhône-Alpes (2015), Ménagerie de verre – Paris – Studiolab, CND – Centre national de la danse de Pantin – accueil en résidence

     

    Vlovajob Pru est subventionnée par la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes et le Conseil Régional d'Auvergne-Rhône-Alpes et reçoit le soutien de l'’Institut Français et de l'’Institut Français / Ville de Lyon pour ses projets à l'étranger.

     

    avec le soutien exceptionnel de la Région Auvergne - Rhône-Alpes.

     

    dans le cadre du projet DIPTIC, soutenu par le programme de coopération territoriale européenne INTERREG V-A France-Suisse 2014-2020.

    © François Chaignaud

    © Courtesy Cecilia Bengolea et ICA Artnight London

    À voir aussi

    François Chaignaud

    Né à Rennes, François Chaignaud étudie la danse depuis l'âge de 6 ans. Il est diplômé en 2003 du Conservatoire National Supérieur de Danse de Paris et collabore ensuite auprès de plusieurs chorégraphes, notamment Boris Charmatz, Emmanuelle Huynh, Alain Buffard, Gilles Jobin. Depuis He's One that Goes to Sea for Nothing but to Make him sick (2004) jusqu'à Dumy Moyi (2013), il crée des performances, dans lesquelles s'articulent danses et chants, dans les lieux les plus divers, à la croisée de différentes inspirations. S'y dessinent la possibilité d'un corps tendu entre l'exigence sensuelle du mouvement et la puissance d'évocation du chant, et la convergence de références historiques hétérogènes de la littérature érotique (Aussi Bien Que Ton Coeur Ouvre Moi Les Genoux, 2008) aux arts sacrés. Également historien, il a publié aux PUR L’'affaire Berger-Levrault : le féminisme à l’épreuve (1898-1905). Cette curiosité historique le conduit à initier des collaborations diverses, notamment avec la légendaire drag queen Rumi Missabu des Cockettes, avec le cabarettiste Jérôme Marin (Sous l'ombrelle, 2011, qui ravive des mélodies oubliées du début du vingtième siècle), avec l'artiste Marie Caroline Hominal (Duchesses, 2009), avec les couturiers Romain Brau et Charlie Le Mindu, avec le plasticien Theo Mercier, avec le photographe Donatien Veismann.

    Cecilia Bengolea

    Cecilia Bengolea se forme dans la danse jazz, les danses urbaines et suit le cursus de danses ancestrales, dites anthropologiques de Eugenio Barba. Elle étudie la philosophie et l'histoire de l’art à l'Université de Buenos Aires. En 2001 elle s'installe à Paris et active de multiples écritures chorégraphiques. En 2004, elle suit la formation Ex.e.r.ce à Montpellier, programme dirigé par Mathilde Monnier. En tant qu’interprète et chorégraphe, elle travaille auprès de João Fiadeiro, Claudia Triozzi, Marc Tompkins, Yves-Nöel Genod, Alain Buffard, Mathilde Monnier, Alice Chauchat, Monika Gintersdofer et Knut Classen. Cecilia Bengolea co-réalise en 2011 à Rio de Janeiro deux courts-métrages en dialogue avec l’'oeuvre Tristes Tropiques de Levi Strauss : La Beauté (tôt) vouée à se défaire avec Donatien Veisman et Cri de Pilaga avec Juliette Bineau. Chaque été à Buenos Aires, Cecilia Bengolea poursuit un travail de video-installation performance avec Victoria Colmegna (artiste plasticienne), Jackie Luduenia Koslov (artiste plasticien, deux fois champion du monde de danse athlétique) et Valentina Liernur.

    CECILIA BENGOLEA ET FRANçOIS CHAIGNAUD

    Depuis 2005, un dialogue soutenu entre François Chaignaud et Cecilia Bengolea donne vie à des oeuvres hétéroclites, présentées dans le monde entier. En 2009, ils reçoivent le prix de la révélation chorégraphique de la critique. Ensemble, ils créent Pâquerette (2005-2008), Sylphides (2009), Castor et Pollux (2010). Ces trois premières pièces placent le corps dans des dispositifs de transformation extrême (pénétration, privation d'air, suspension) et lient l'écriture chorégraphique à un coefficient de réalité élevé. Ces situations exacerbent autant la puissance que la vulnérabilité des corps, leur puissance sexuelle, et leur infinie capacité de mutation. En 2010, ils rencontrent Suzanne Bodak et exhument les Danses Libres de l'entre deux guerres, d'après des chorégraphies oubliées de François Malkovsky. Cette découverte aiguise leur désir d'une écriture chorégraphique rigoureuse et joueuse, voluptueuse et acérée et porteuse d'idéaux. Ce travail se poursuit dans (M)IMOSA (coécrit et interprété avec Trajal Harrell et Marlene Monteiro Freitas) qui les confronte à la scène du voguing new yorkais. En 2012, altered natives Say Yes To Another Excess –TWERK laisse fraterniser ces différentes influences –urbaines, modernes, classiques– aux sons des DJ's du label Butterz dont le grime mixe des beats de provenances également diverses. C'est au son du dub d'High Elements qu'ils créent avec Ana Pi, Dublove (2013), épreuve spirituelle et chorégraphique, entièrement sur pointes. Une conférence dansée (Le Tour du Monde des Danses Urbaines en 10 villes) permet de partager avec les jeunes et adolescents leur fascination pour la richesse, la grammaire et la créativité des danses urbaines. Ils ont reçu pour leur œuvre le prix Jeunes Artistes à la Biennale de Gwangju en 2014. Leurs créations sont présentées entre autres au Festival d'Automne - Paris, au Centre Pompidou - Paris, à Vienne pour Impulstanz, à The Kitchen et à Abrons Art Centre de New York, au Festival d'Avignon, à la Tate Modern de Londres, au théâtre Sadler’s Well de Londres, à Tanz im August - Berlin, au Quartz de Brest, à la Ménagerie de Verre - Paris, à la Biennale de Lyon, lors du Festival Montpellier Danse. Ils créent en septembre 2014 en ouverture de la Biennale de la Danse de Lyon How Slow The Wind, pour sept danseurs du Ballet de l'Opéra de Lyon. En mai 2015, ils proposent Devoted, une chorégraphie pour 9 danseuses du Ballet de Lorraine, accompagnée par le Choeur de l'Opéra de Nancy, dans une oeœuvre de Philip Glass. En septembre 2015, ils créent The Lighters’ Dancehall Polyphony au Wuppertal Tanztheater. Ils créeront également une pièce pour le Junior Ballet Classique du Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon en septembre 2015.