Actualités
  • GRAND RASSEMBLEMENT ANNECY TOUT LE MONDE DANSE !
    C'ÉTAIT BIEN ! MERCI !!!

    GRAND RASSEMBLEMENT ANNECY
    TOUT LE MONDE DANSE !

    [MERCI !] #ToutleMondeDanse, c'est fini et c'était bien !!!!
    Merci aux artistes, public et au beau temps d'avoir été là !!
    Trois jours de temps fort réussi, un beau rassemblement de moments artistiques, on était bien !!!


  • Avant & Après les représentations

    Avant & Après les représentations

    ON PICORE !
    Une cuisine saine et conviviale mijotée par Le poulailler traiteur. Cette joyeuse  basse-cour a désormais élu domicile au bar du théâtre  pour régaler vos papilles tous les soirs de spectacles !
    Prenez le temps et venez picorez, savourez ces délicieux mets 1h avant et 1h après les représentations. Et pour accompagner ces saveurs créatives dégustez, entre autres, les vins sélectionnés par Bruno Bozzer de la Java des Flacons.
    Aucune réservation n’est nécessaire.

    ON LIT
    Toute la saison, une sélection d’ouvrages est en vente et en consultation dans le hall du théâtre. Nous vous proposons des livres et des albums en lien avec la programmation. Littérature contemporaine ou classique, ouvrages d’art ou essais, il y en a pour tous les curieux.
    En collaboration avec la Librairie Imaginaire et BD Fugue.

    Chargement ...
    Merci de patienter
    Chargement ...
    Merci de patienter
    Chargement ...
    Merci de patienter
    CRÉATION

    LE LIVRE DE MA MÈRE

    D’ALBERT COHEN
    AVEC PATRICK TIMSIT
    MISE EN SCÈNE Dominique Pitoiset

    MAR.19 | MER.20 | JEU.21 SEPT.

    À 20H30 | SAUF JEU. À 19H

    GRANDE SALLE

    EN CRÉATION | DURÉE ENV.1H30

    À PARTIR DE 12 ANS | TARIF A+
    CRÉATION THÉÂTRE

     

    Nous attirons votre attention sur les travaux actuellement en cours au Parking de Bonlieu jusqu’au 24 septembre.
    Exceptionnellement, pour les représentations du Livre de ma Mère, le parking ouvrira aux non abonnés du parking dès 19h les 19 et 20 septembre et dès 18h le 21 septembre. Avant ces horaires il est fermé aux non abonnés du parking.
    Comme seul l’extérieur est accessible (les niveaux 1 et 2 étant en travaux), nous vous conseillons donc de venir en avance et si le parking de Bonlieu est complet à votre arrivée, de vous diriger vers le Parking de l’Hôtel de Ville, du Palais de Justice ou de Courrier.

     

     

    Une mère et son fils. Un amour inconditionnel, partagé. Et soudain la disparition, le manque indicible… Patrick Timsit et Dominique Pitoiset portent à la scène ce texte magnifique, d’une folle intimité, avec une sensibilité à fleur de peau. Une très belle rencontre artistique, par laquelle les mots douloureux d’Albert Cohen deviennent une ode à toutes les mères du monde.
    Ce formidable mausolée de papier, élevé pour sa mère par Albert Cohen, Patrick Timsit le gardait incrusté dans le cœur depuis bien longtemps. De la rencontre avec Dominique Pitoiset découle une superbe alchimie, d’une lumineuse humanité. Le théâtre n’est-il pas le lieu où l’intime se partage, jusqu’à devenir l’affaire de tous ? Quand l’homme qui passe sa vie à offrir des instants de bonheur aux autres rentre chez lui, seul, le silence lui serre la gorge. Alors, dans le murmure de la confidence, il peut se tourner vers nous. Comment exprimer le manque ? Ce vide sidéral définitivement ancré dans l’âme. Les souvenirs remontent par bribes à la surface d’une mémoire vagabonde, moments familiers, petits riens du quotidien nourris d’une passion d’une force terrible… En toute simplicité, dans la tension palpable de nos souffles retenus, l’acteur et son metteur en scène nous offrent en partage cette méditation sur l’absence. Profondément touchant, un temps de théâtre sur le fil de l’âme.

    livre d’Albert Cohen
    mise en scène et scénographie Dominique Pitoiset
    avec Patrick Timsit

    direction technique Philippe Richard
    conception lumière Christophe Pitoiset
    conception son Bertrand Lechat
    régie lumière Rémi El Mahmoud
    régie vidéo Guillaume Mercier
    réalisation du clip Lazard Timsit

    production Les Visiteurs du Soir - Paris
    coréalisation Compagnie Pitoiset - Dijon


    Dominique Pitoiset est artiste associé à Bonlieu Scène nationale Annecy.
    La Compagnie Pitoiset-Dijon est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication (DGCA) ainsi que par la Ville de Dijon.

    remerciements
    à Richard Berry pour sa participation amicale à

    l’enregistrement de la voix off du clip réalisé par Lazard Timsit ; à l’artiste Chinois Tang Nannan pour l’extrait de son film Odyssey Smoking (petit train sur l’eau) diffusé avec son aimable autorisation ; au guitariste Tchavolo Schmitt pour sa fraternelle
    contribution artistique.

    résidence de création
    du 20 juin au 8 juil. 2017 à la Fondation Giorgio Cini à Venise et du 28 août au 18 sept. 2017 à Bonlieu Scène nationale Annecy.

    en tournée jusqu’au 15 avr. 2018 (du 20 déc. 2017 au 17 mars 2018 au Théâtre de l’Atelier – Paris)


    © Gilles Vidal

    À voir aussi

    Dominique Pitoiset

    Né à Dijon, en Bourgogne, Dominique Pitoiset y suit d’abord sa scolarité à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts. Après des études en Architecture, puis en Arts Plastiques, il rejoint l’Ecole Supérieur d’Art Dramatique du Théâtre Nationale de Strasbourg. Après avoir été l’assistant de Jean-Pierre Vincent à la Comédie-Française, puis celui de Manfred Karge et Matthias Langhoff à la Comédie de Genève et au Théâtre National Populaire de Villeurbanne, il rencontre Nadia Fabrizio, avec laquelle il fonde la Compagnie Pitoiset à Dijon. Se succèdent alors de nombreuses mises en scène. En 1993 il obtient le Prix de la Villa Médicis hors les murs pour Faust, et séjourne une année en Italie, en partie aux côtés de Luca Ronconi. L’année suivante, la mise en scène de son adaptation d’Oblomov de Gontcharov au Théâtre Vidy-Lausanne et à la MC93 de Bobigny lui vaut le prix de la Critique. Deux ans plus tard, il est nommé directeur du Théâtre National Dijon-Bourgogne, fusion du Centre Dramatique National de Bourgogne et du Festival Théâtre en Mai devenu Rencontres Internationales de Metteurs en Scène. En 2000, il est nommé directeur du Théâtre National de Chaillot avant qu’un changement ministériel n’invalide cette nomination.  Il fonde alors la société Actes Premiers et quitte la France pour l’Italie où il enseigne la mise en scène et la scénographie à l’Institut Universitaire d’Architecture de Venise. Il enseigne également à l’Ecole d’Art Dramatique Paolo Grassi de Milan, ainsi qu’à l’Ecole du Teatro Stabile de Turin dont il devient metteur en scène associé. Il travaille également à Parme pour le Festival Verdi et le Teatro Due. Il réalise sa première trilogie Shakespeare : Otello/Macbeth/La Tempesta. Il entre à l’Agence Canvas de Bologne avant de revenir en France. En 2004 il prend la direction du Théâtre national de Bordeaux, où il crée l’École Supérieure de Théâtre de Bordeaux Aquitaine. Il commence un cycle sur le théâtre nord-américain en 2009, avec un magnifique Qui a peur de Virginia Woolf ?, puis Mort d’un commis voyageur. Il s’installe à Annecy en 2014 et devient artiste associé à Bonlieu Scène nationale Annecy pour une période de trois ans. Pour l’ouverture du théâtre rénové, il créé le très remarqué troisième volet de sa trilogie américaine Un été à Osage County de Tracy Letts.  En 2015 il met en scène deux œuvres autour des travaux du Dr. Oliver Sacks sur les troubles du cerveau humain : Le syndrome d’Alice et L’Homme qui prenait sa femme pour un chapeau. Pour sa dernière année en tant qu’artiste associé à Bonlieu Scène nationale, il retrouve Philippe Torreton pour la création en novembre 2016 de La Résistible ascension d’Arturo Ui de Bertolt Brecht.

    Patrick Timsit

    Si chaque comédien a par définition plusieurs vies, Patrick Timsit, lui, en a au moins trois : Une vie de one man show, une vie de cinéma et une vie de théâtre. En 1991, c’est sa rencontre déterminante avec Coline Serreau, qui lui confie le mémorable personnage de Michou dans La Crise, qui lui fera rencontrer le succès au cinéma... et une nomination au César du meilleur second rôle. Succès qui s’affirme ensuite par Un Indien dans la ville d’Hervé Palud en 1994, puis l’année suivante avec Pédale douce de Gabriel Aghion (2 nominations aux Césars en tant qu’auteur et meilleur acteur).
    Entre 1996 et 1997, il offre un autre visage en interprétant trois rôles plus dramatiques : Passage à l’acte de Francis Girod, Marquise de Véra Belmont, et Le Cousin, film noir d’Alain Corneau avec Alain Chabat, qui lui vaut une nouvelle nomination aux Césars du meilleur acteur. Patrick Timsit revient ensuite à la comédie avec Paparazzis d’Alain Berberian, avec Vincent Lindon, dont il est aussi co-auteur. En 2000, il joue dans le premier film réalisé par Richard Berry, L’art (délicat) de la séduction. Il coécrit, réalise et interprète Quasimodo d’El Paris qui remporte un franc succès. Suivront Quelqu’un de bien et L’Américain également écrits et réalisés par lui.
    À la télévision, Patrick Timsit incarne un remarquable Landru sous la direction de Pierre Boutron. La même année, il joue L’Emmerdeur avec Richard Berry au théâtre de la Porte Saint-Martin. La pièce triomphera durant près de deux ans à Paris avant d’être adaptée au cinéma par Francis Véber, réunissant le même tandem. Après treize ans d’absence Patrick Timsit revient en 2007 dans un nouveau seul en scène, The one man stand-up show, pour deux années de succès à travers toute la France.
    Depuis 2012, il alterne théâtre, cinéma et télévision. On l’a notamment vu dans Stars 80 avec Richard Anconina, Une chanson pour ma mère de Joël Franka, Le marsupilami d’Alain Chabat avec Jamel. Aux côtés de Thierry Lhermitte, il joue Inconnu à cette adresse de Krayssmann Taylor au Théâtre Antoine à Paris et en tournée.
    Il crée son nouveau one-man-show On peut rire de tout en janvier 2015 au Théâtre du Rond-Point. Actuellement en tournée, le spectacle repassera par Paris les 25 et 26 novembre à la Salle Pleyel. Entre-temps, Patrick Timsit a tourné Gangsterdam de Romain Levy, Stars 80 (la suite) et Le bol de Marie-Francine de et avec Valérie Lemercier.