Actualités
  • DÈS SAM.1ER SEPT.
    OUVERTURE DES ABONNEMENTS
    DÈS SAM.1ER SEPT.

    Ouverture des abonnements SAM.1ER SEPT. dès 9h !
    Rendez-vous au théâtre et sur le site !

    En solo, duo ou tribu, laissez-vous tenter par au moins 3 spectacles parmi plus de 70 proposés pour composer votre abonnement !

    2018 • 2019 à Bonlieu : quelque 70 spectacles pour près de 180 représentations, 5 productions « Made in Annecy », celles de Rodrigo García, Rachid Ouramdane, Christian Rizzo, Pascal Rambert et Cyril Teste. Et pour la première fois, 3 reprises de spectacles produits à Annecy la saison dernière et que vous avez ovationnés : Festen de Cyril Teste, NaKaMa de Saief
    Remmide et Romances Inciertos de François Chaignaud.

    D'ici là :
    > toute la saison est en ligne le site internet
    > La brochure de saison est également disponible à l'accueil billetterie du théâtre ou à télécharger ici

     

    > L’accueil billetterie passe en horaires d’été à partir du 3 juillet : du mardi au samedi de 14h à 18h.


    > Fermeture de la billetterie le samedi 21 juillet à 18h et réouverture le jeudi 23 août à 12h30.


    OUVERTURE DES ABONNEMENTS
  • ANNECY PAYSAGES TOUT L'ÉTÉ !
    23 installations artistiques et paysagères dans les sites emblématiques d’Annecy. À découvrir de jour comme de nuit tout l’été, jusqu'au 2 septembre !

    Un grand merci à vous tous, public, artistes, équipes, d'avoir participé à cette soirée MA-GI-QUE !!! Une magnifique ouverture de festival, une Grande Balade inoubliable !! Et profitez du festival tout l'été !


    Annecy Paysages, un festival imaginé comme un itinéraire en ville et en plein air, ponctué par 23 installations artistiques et paysagères dans les sites emblématiques d’Annecy. À découvrir de jour comme de nuit tout l’été, jusqu'au 2 septembre !

    > + d'infos sur www.annecy-paysages.com


    ANNECY PAYSAGES TOUT L'ÉTÉ !
  • 26 JUIN - 23 AOÛT
    BILLETTERIE : HORAIRES D'ÉTÉ

    L’accueil billetterie passe en horaires d’été à partir du 3 juillet : du mardi au samedi de 14h à 18h.

     

    Fermeture de la billetterie le samedi 21 juillet à 18h et réouverture le jeudi 23 août à 12h30.


  • Découvrez le programme !
    LA SAISON 18 • 19 EST EN LIGNE !
    Découvrez le programme !

    Chargement ...
    Merci de patienter
    Chargement ...
    Merci de patienter
    Chargement ...
    Merci de patienter

    DÎNER EN VILLE

    DE CHRISTINE ANGOT
    MISE EN SCÈNE RICHARD BRUNEL

    MAR. 19 | MER.20 DÉC.

    À 20H30 | GRANDE SALLE

    EN CRÉATION  | DURÉE ENV.1H30
    À PARTIR DE 14 ANS | TARIF B
    THÉÂTRE

    Petit menuet de la sociabilité, plaisir mondain de recevoir… Futile ? Non, utile ! Car c’est bien dans ces ronds de jambe policés que se nichent les rouages de l’ascenseur social ! De sa plume acérée, Christine Angot prend un malin plaisir à mettre à nu ces rites désuets. Dialogues incisifs, portrait ironique et implacable d’une bourgeoisie cynique : l’art de mettre en jeu ce qui ne se dit pas.
    Un dîner ? Autrefois l’occasion de s’adonner à l’art de la conversation, du trait d’esprit, une sorte de partage amical. À présent un investissement culturel et professionnel ! Là résident les coulisses du pouvoir. Le théâtre essentiel de la construction des dominations. Face à cela, un personnage en décalage : Stéphane, plongé dans le concret, percevant avec acuité inégalités et mépris social. L’enjeu ? Mettre au plateau la parole de ceux qui sont de moins en moins audibles. Braquer les projecteurs sur l’invisibilité sociale.

    texte Christine Angot
    mise en scène Richard Brunel
    avec Emmanuelle Bercot, Valérie de Dietrich, Noémie Develay-Ressiguier, Jean-Pierre Malo, William Nadylam
    scénographie Gala Ognibene
    son Michaël Selam
    lumière Victor Egea
    régie générale Nicolas Hénault
    assistant à la mise en scène Alex Crestey

    production La Comédie de Valence, centre dramatique national Drôme-Ardèche
    coproduction La Colline – théâtre national CDN Nancy Lorraine – La Manufacture ; Scènes du Golfe - Théâtres Arradon-Vannes
    avec le concours du Paris des Femmes – Scène d’auteures


    © Menuadeux_FrankKunert

    À voir aussi

    CHRISTINE ANGOT

    Rachel Schwartz, sa mère, est née à Châteauroux en 1931, elle y rencontre Pierre Angot en 1958, venu travailler comme traducteur à la base américaine de la Martinerie. Il la prévient qu’il ne l’épousera pas mais ils décident d’avoir un enfant, il rentre à Paris à la fin de son contrat et avant la naissance de Christine, qui est déclarée en 1959 à la mairie de Châteauroux, sous le nom de Christine Schwartz. En 1972, la loi sur la filiation permet aux enfants naturels d’être reconnus a posteriori par leur père, sous réserve de l’accord de la famille légitime. Rachel Schwartz informe Pierre Angot de l’existence de cette loi, il accepte de reconnaître Christine et sa femme donne son accord. Pour l’état-civil elle devient alors Christine Angot. La mère et la fille déménagent à Reims. Elle va à l’école Notre Dame, elle passe son bac, elle fait des études en droit à l’Université, elle obtient un DEA de Droit International Public, puis une bourse pour étudier au Collège d’Europe à Bruges. Entretemps elle a commencé à écrire. Elle quitte Bruges au milieu de l’année. Pendant six ans, les manuscrits qu’elle envoie aux éditeurs lui sont retournés. Vu du ciel est finalement publié en 1990 dans la collection L’Arpenteur chez Gallimard. Deux autres livres suivent, passent inaperçus. Son quatrième roman, Interview, est refusé. Le lecteur, dans son rapport, dit avoir été choqué par Léonore, toujours, et affirme qu’elle est dangereuse pour son entourage. Elle avait quitté Bruges pour Nice, sa fille y est née, puis Nice pour Montpellier, de nouveau elle cherche un éditeur, affronte de nouveau les refus, jusqu’à ce que Jean-Marc Roberts publie Interview chez Fayard en 1995. Le succès arrive en 99 avec L’Inceste. En 2000 elle s’installe à Paris. Elle écrit Pourquoi le Brésil ? puis Les Désaxés chez Stock, toujours avec Jean-Marc Roberts, qu’elle quitte en 2006 pour rejoindre Teresa Cremisi chez Flammarion où elle publie Rendez-vous. En 2007 Andrew Wylie lui propose de devenir son agent, elle signe alors au Seuil en 2008 pour Le Marché des amants, avant de retrouver Teresa Cremisi chez Flammarion pour Les Petits en 2011, Une Semaine de vacances en 2012, La Petite foule en 2014 puis Un Amour impossible en 2015 pour lequel elle obtient le Prix Décembre.

    RICHARD BRUNEL

    Après sa formation d'acteur à l’École de la Comédie de Saint-Étienne, il crée en 1993, avec un collectif, la Compagnie Anonyme, dont il devient le metteur en scène en 1995. Basée en Rhône-Alpes, la compagnie est en résidence au Théâtre de la Renaissance à Oullins de 1999 à 2002. Parallèlement, il poursuit sa formation auprès de Bob Wilson, Krystian Lupa, Alain Françon et Peter Stein. De 2004 à 2007, il est artiste associé au Théâtre de la Manufacture à Nancy. En 2010, il est nommé directeur de La Comédie de Valence, CDN Drôme-Ardèche. Metteur en scène, ses projets de théâtre abordent le répertoire (Cyril Tourneur, Bertolt Brecht, Henrik Ibsen, Odon von Horvath, Eugène Labiche), les écritures contemporaines (Peter Handke, Pauline Sales, Lioubomir Simovic), des adaptations de textes littéraires (Franz Kafka, Mikhaïl Boulgakov, Guy de Maupassant) des correspondances (Pier Paolo Pasolini, Anaïs Nin, Jacques Copeau, Hunter S Thompson) ou encore des textes philosophiques (Gilles Deleuze), des textes poétiques (Maurice Blanchot, Jean Genet, Antonin Artaud) et scientifiques (Oliver Sacks). En 2011, il a mis en scène Les Criminels de Ferdinand Bruckner, spectacle qui a obtenu le prix Georges Lherminier du Syndicat de la critique. À l’opéra, il a mis en scène Kurt Weill (2006), Franz-Joseph Haydn (2008), Philip Glass (2009), Benjamin Britten (2009), Léo Delibes (2010), Gaetano Donizetti (2011), la création mondiale Re Orso de Marco Stroppa à l’Opéra Comique (2012), Mozart (Les Noces de Figaro, Festival d’Aix-en-Provence 2012), Francis Poulenc (Dialogues des Carmélites, 2015) et à La Comédie de Valence et l’Opéra de Lyon, Der Kaiser von Atlantis de Viktor Ullmann (2012, repris en 2016). Il crée en 2016 Le Trouvère de Verdi à l’Opéra de Lille et Béatrice et Bénédict de Berlioz à La Monnaie à Bruxelles. En 2013, il crée Le Silence du Walhalla avec le Collectif artistique de La Comédie de Valence et Avant que j’oublie de Vanessa Van Durme, spectacle pour lequel elIe est désignée Meilleure comédienne par le Syndicat de la critique. En 2014, il crée La Dispute de Marivaux, le premier épisode de Docteur Camiski ou l’esprit du sexe de Fabrice Melquiot et Pauline Sales, Les Sonnets de Shakespeare avec Norah Krief et la lecture de L’Odeur des planches de Samira Sedira avec Sandrine Bonnaire – dont la version spectacle sera créée l’année suivante. En 2015, il met en espace En finir avec Eddy Bellegueule d’Édouard Louis et crée à l’automne Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès. Il créera lors de la 7e édition d’Ambivalences fin mai 2017 Dîner en ville de Christine Angot et Pas encore, imaginé avec Samuel Achache et Mathurin Bolze.