Actualités
  • MER.19 JUIN
    Prêts à découvrir la saison 19 • 20 !

    Qui dit nouvelle année, dit nouveau programme !


    On vous attends nombreux à 19h en grande salle (entrée libre) pour la présentation de la saison 19 • 20 de Bonlieu !

    Venez découvrir les spectacles qui vous attendent, une programmation riche pour tous, entre théâtre, danse, musique, cirque / arts du geste, ats visuels et évènements.

    Dès 20h30, nous vous donnons RDV dans le Square des Martyrs pour partager un moment artistique et convivial autour d’un verre en compagnie de Johanne Humblet - Les filles du renard pâle avec le spectacle Renverse

     

    ++

     

    Les Gaspards pour le Close-up musical

     

    >>> Rejoignez l'event Facebook


    Prêts à découvrir la saison 19 • 20 !
    Chargement ...
    Merci de patienter
    Chargement ...
    Merci de patienter
    Chargement ...
    Merci de patienter

    LA ROSE ET LA HACHE

    DE WILLIAM SHAKESPEARE & CARMELO BENE
    MISE EN SCÈNE GEORGES LAVAUDANT

    MAR.20 | MER.21 NOV.
    À 20H30

    GRANDE SALLE | DURÉE 1H
    TARIF A
    théâtre

    Carmelo Bene libère Richard III, le monstre créé par Shakespeare. Comment le bossu au pied bot va-t-il réussir à prendre le pouvoir et à quel prix ? Georges Lavaudant met en scène cette ascension sanguinaire et nous tient en haleine, suspendus aux lèvres d’Ariel Garcia-Valdès, acteur exceptionnel s’il en est. Un spectacle qui défie le temps quarante ans après sa création, un monument du théâtre français du XXe siècle !
    Richard : abomination de la nature, sublime monstre de théâtre ! Grand maître de la mise en scène de soi, sous le regard horrifié de son entourage, sculpteur de sa propre statue ! Son ambition sans bornes éradique tous ses rivaux. Son cynisme impitoyable hypnotise pourtant ses proies… C’est la nuit. La dernière. L’aube verra émerger le temps de la bataille qui lui coûtera la vie. Seul, Richard, bijou sulfureux serti dans un écrin de ténèbres, se rejoue des fragments d’une vie dénuée de scrupule. Georges Lavaudant offre à ce crépuscule du personnage l’intensité particulière d’un temps suspendu, à la densité toxique, et la présence puissante d’un Ariel Garcia-Valdès au charme inaltéré.

    texte d’après Richard III ou l’horrible nuit d’un homme de guerre de Carmelo Bene à partir de William Shakespeare
    mise en scène Georges Lavaudant
    décor, accessoires et costumes Jean-Pierre Vergier
    lumière Georges Lavaudant
    son Jean-Louis Imbert
    maquillage, coiffure, perruques Sylvie Cailler et Jocelyne Milazzo
    chorégraphie Jean-Claude Gallotta
    construction du décor atelier de la MC2:Grenoble

    avec
    Elisabeth Astrid Bas
    Gatesby, le Roi Edouard Babacar M’baye Fall
    Richard, Duc de Gloucester, puis Richard III Ariel Garcia-Valdès
    Marguerite Georges Lavaudant
    Lady Anne Irina Solano

    régisseur général Philippe Chef
    régisseur lumière Cristobal Castillo-Mora
    régisseur son Jean-Louis Imbert
    habilleuse Christine Bazin

    production Odéon-Théâtre de l’Europe, Théâtre national, MC2: Maison de la culture - Scène nationale de Grenoble


    © Pidz

    À voir aussi

    Georges Lavaudant

    Après vingt années de théâtre à Grenoble avec la troupe du Théâtre Partisan, Georges Lavaudant est nommé co-directeur du Centre Dramatique National des Alpes en 1976. En 1979, il monte La Rose et la Hache d’après William Shakespeare, pièce dans laquelle Ariel Garcia-Valdès et lui sont seuls sur scène. En 1981, il devient directeur de la Maison de la Culture de Grenoble et en 1986 co-directeur du TNP de Villeurbanne. Il monte alternativement des auteurs contemporains et classiques, en France et à l’étranger. De 1996 à 2007, il est directeur de l’Odéon – Théâtre de l’Europe. En novembre 2007, il crée sa compagnie LG théâtre. Parmi ses dernières mises en scène figurent la reprise de Cyrano de Bergerac en 2013 avec Patrick Pineau dans le rôle-titre, Te craindre en ton absence de Marie NDiaye avec l’Ensemble Intercontemporain et Archipel Marie NDiaye, montage de textes et d’interviews de Marie NDiaye en 2014, Vu du Pont d’Arthur Miller en 2016 et Le Rosaire des voluptés épineuses de Stanislas Rodanski en 2016. En janvier 2017, il retrouve l’Odéon pour la création d’Hôtel Feydeau, montage des pièces courtes de Georges Feydeau. En janvier 2018, il met en scène Faust à l’Opéra des Nations à Genève.

    Ariel Garcia-Valdès

    En 1968 à Grenoble, quelques jeunes passionnés fondent leur propre compagnie, le Théâtre Partisan. Parmi eux, Ariel Garcia-Valdès. En 1975, il entre au Centre Dramatique National des Alpes. Acteur, compagnon de troupe, metteur en scène, il y accompagne jusqu'en 1986 une des plus étonnantes aventures théâtrales de la décentralisation. Il joue alors sous la direction de Lavaudant toutes sortes de rôles dans un répertoire qui s'étend des classiques à la création contemporaine, en passant par le XXe siècle. Il travaille aussi avec Daniel Mesguich ou Gabriel Monnet et donne la réplique à Maria Casarès dans Les Revenants d'Ibsen. Dernièrement, on a pu le voir sur la scène d’Ivanov de Luc Bondy. Lecteur de Stanislas Rodanski, il adapte, met en scène et interprète La victoire à l'ombre des ailes. Il monte également deux versions distinctes des Trois Sœurs de Tchekhov. En 1979, la création de La Rose et la hache, d’après Shakespeare et Carmelo Bene, lui permet d’aborder une première fois le rôle de Richard III, dont il fera en 1984 l’un des mythes du Festival d’Avignon. La recréation de La Rose en 2004 aux Ateliers Berthier marque de manière éclatante son retour sur les scènes. Il a dirigé l’Ecole Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier jusqu’en 2012.

    LA PRESSE EN PARLE

    « Dans le huis clos d’un espace encombré seulement de quelques chaises et d’une table couverte de verres, se rejouait la tragédie de Shakespeare, Richard III. Mais une tragédie en concentré, réduite à quelques personnages et ramenée à tout juste une heure de durée. Bruits, fureurs, passions, violence froide qui vire au brûlant… Dans une esthétique baroque se racontait une fin du monde aux frontières perdues entre le Bien et le Mal. »
    La croix, Didier Mereuze, 22 NOV. 2004