Actualités
    Chargement ...
    Merci de patienter
    Chargement ...
    Merci de patienter
    Chargement ...
    Merci de patienter

    5ès Hurlants

    CONCEPTION ET MISE EN SCÈNE RAPHAËLLE BOITEL

    MAR.8 JAN.
    À 20H30

    GRANDE SALLE | DURÉE 1H10

    À PARTIR DE 8 ANS
    TARIF B
    cirque / art du geste

    Figures de la persévérance, cinq jeunes circassiens conjuguent leurs efforts pour atteindre la parfaite maîtrise de leur art. Un quotidien tissé d’acharnement et de passion. Raphaëlle Boitel nous ouvre les portes de la salle d’entraînement, lieu mystérieux de toutes les tentatives, tous les doutes, des échecs et des plus éclatantes victoires.
    Domestiquer la balle, le cerceau ou la sangle, apprivoiser le fil, sans faire fi du danger, savoir le mesurer, le frôler toujours, mais jamais se faire prendre. Ainsi se dessine, au jour le jour, le lent travail sur lui-même du circassien. « Sept fois à terre, huit fois debout », dit le proverbe. Alors ils osent. Tout. Et parviennent à l’extraordinaire, à l’impossible. Pourtant, la difficulté est bien là, affrontée, partagée, avec son cortège de doutes et de découragement. Mais ils sont cinq. Et ensemble. Raphaëlle Boitel, à travers ces jeunes gens, célèbre les aspects positifs de la nature humaine et trace un spectacle, métaphore de nos vies, dans ce qu’elles ont de fragile et de grand à la fois. Une magnifique aventure humaine, sur la route incertaine qui mène à l’exploit.

    conception et mise en Scène Raphaëlle Boitel

    collaboration artistique, scénographie et lumière Tristan Baudoin

    musique originale Arthur Bison

    régie plateau Nicolas Lourdelle

    régie son Arthur Bison

    constructions Silvère Boitel

    aide à la création son et lumière Stéphane Ley et Hervé Frichet costumes Lilou Hérin

    avec Clara Henry, Julieta Salz, Salvo Cappello, Alejandro Escobedo, Loïc Leviel et Nicolas Lourdelle, Tristan Baudoin


    production Cie L’Oublié(e) – Raphaëlle Boitel

    coproduction Tandem Douai-Arras, Le Grand T – Théâtre de Loire Atlantique, La Brèche – Pôle national des arts du cirque de Basse-Normandie – Cherbourg-Octeville, Agora  Pôle national du cirque Boulazac Aquitaine, Le Grand R – Scène nationale de La Roche-Sur-Yon
    soutiens
    Académie Fratellini, corderie Clément, SPEDIDAM et Carré Magique – PNC en Bretagne, Lannion

    © Georges Ridel

    À voir aussi

    Raphaëlle Boitel

    Raphaëlle Boitel, née en 1984, a commencé le théâtre à 6 ans et est rentrée à l’Ecole Nationale des Arts du Cirque Annie Fratellini en 1992. De 1998 à 2010, elle travaille avec James Thierrée dans La Symphonie du Hanneton et La Veillée des Abysses. Parallèlement, pendant ces 13 années, elle est interprète au théâtre, au cinéma, dans des films télévisés, elle participe à des événements, tourne dans des vidéos clips, et s’illustre sur de longues périodes dans différents cabarets à New York, Miami, Londres... En 2012, elle travaille sous la direction d’Aurélien Bory, développe sa propre compagnie et travaille sur ses premières créations personnelles. En 2013, elle met en scène son premier spectacle Consolations ou interdiction de passer par dessus bord, avec trois artistes de l’Académie Fratellini, et chorégraphie l’opéra Macbeth à la Scala de Milan, mis en scène par Gorgio Barberio Corsetti. En 2014, elle crée L’Oublié(e) puis le spectacle 5èmes Hurlants fin 2015. Aujourd’hui, alors qu’elle continue des collaborations en tant que chorégraphe à l’extérieur de sa compagnie, elle travaille sur la création de nouveaux projets personnels.

    LA PRESSE EN PARLE

    « Des moments d’espoirs et de difficultés partagés qui, à travers l’exigence du cirque, laissent entrevoir nos vies dans ce qu’elles ont d’incertain, de fragile et de grand à la fois.»
    La terrasse, Manuel Piolat Soleymat, 29 JAN. 2016


    « Avec des numéros magiques, une lumière, une musique et une chorégraphie aux petits oignons, Raphaëlle Boitel et ses personnages, unis dans une même inlassable aventure humaine, ont régalé un public qui n’a pas boudé son plaisir. »
    Courrier de l’Ouest, 14 JAN. 2016