Actualités
  • MER.19 JUIN
    Prêts à découvrir la saison 19 • 20 !

    Qui dit nouvelle année, dit nouveau programme !


    On vous attends nombreux à 19h en grande salle (entrée libre) pour la présentation de la saison 19 • 20 de Bonlieu !

    Venez découvrir les spectacles qui vous attendent, une programmation riche pour tous, entre théâtre, danse, musique, cirque / arts du geste, ats visuels et évènements.

    Dès 20h30, nous vous donnons RDV dans le Square des Martyrs pour partager un moment artistique et convivial autour d’un verre en compagnie de Johanne Humblet - Les filles du renard pâle avec le spectacle Renverse

     

    ++

     

    Les Gaspards pour le Close-up musical

     

    >>> Rejoignez l'event Facebook


    Prêts à découvrir la saison 19 • 20 !
    Chargement ...
    Merci de patienter
    Chargement ...
    Merci de patienter
    Chargement ...
    Merci de patienter

    ON S’EN VA

    D’APRÈS HANOKH LEVIN
    MISE EN SCÈNE KRZYSZTOF WARLIKOWSKI

    JEU.14 | VEN 15 MARS
    JEU. ET VEN. À 19H

    GRANDE SALLE | EN CRÉATION | DURÉE 3H30 (ENTRACTE COMPRIS)
    TARIF A
    théâtre

    EN POLONAIS SURTITRÉ EN FRANÇAIS

    Chacune de ses créations est attendue avec impatience. Metteur en scène percutant, aussi troublant que fascinant, le Polonais Krzysztof Warlikowski est l’un des rénovateurs du langage théâtral en Europe. La pièce de Hanokh Levin traite du désir de départ pour un ailleurs. Elle résonne fortement avec l’actualité polonaise, pays où la censure et l’intimidation des artistes s’exercent sans retenue et… c’est pourtant l’Europe…
    Avec les fabuleux comédiens du Nowy Teatr de Varsovie, Krzysztof Warlikowski nous plonge dans l’écriture sarcastique de Hanokh Levin, point de départ d’une fable contemporaine, comédie tragique et grinçante sur le mythe de « l’ailleurs ».
    Ils n’ont qu’un désir : partir ! Bien convaincus que la vraie vie est ailleurs, ils n’en finissent pas d’évoquer des valises qu’ils ne rempliront jamais. Ainsi sont les personnages de Levin, modestes habitants d’un petit quartier, éternels déçus d’une réalité jamais satisfaisante, en proie au désir perpétuel d’échapper au quotidien. Des projets sans cesse clamés, mais qui resteront lettre morte. Attachants et pathétiques, dérisoires et ridicules, ils sont l’image même de ceux qui étouffent sur place et qu’une formidable force d’inertie cloue irrémédiablement. La seule destination possible, c’est le croque-mort qui la connaît !

    d’après Sur les valises par Hanokh Levin
    traduction en polonais Jacek Poniedziałek
    adaptation Krzysztof Warlikowski, Piotr Gruszczyński
    mise en scène Krzysztof Warlikowski
    scénographie et costumes Małgorzata Szczęśniak
    musique Paweł Mykietyn
    lumières Felice Ross
    mouvement Claude Bardouil
    animations et vidéo Kamil Polak
    dramaturgie Piotr Gruszczyński
    collaboration à la dramaturgie Adam Radecki
    maquillages et perruques Monika Kaleta
    avec Bartosz Bielenia, Agata Buzek, Magdalena Cielecka, Ewa Dałkowska, Bartosz Gelner, Maciej Gąsiu Gośniowski, Małgorzata Hajewska-Krzysztofik, Jadwiga Jankowska-Cieślak, Wojciech Kalarus, Marek Kalita, Dorota Kolak, Zygmunt Malanowicz, Monika Niemczyk, Maja Ostaszewska, Jaśmina Polak, Piotr Polak, Jacek Poniedziałek, Magdalena Popławska, Maciej Stuhr

    régisseur plateau Łukasz Jóźków
    assistants à la mise en scène Katarzyna Łuszczyk, Adam Kasjaniuk
    chargé de production Hubert Prekurat
    directeur technique Paweł Kamionka
    chargé de la construction du décor Paweł Paciorek
    régisseur son Mirosław Burkot
    régisseur lumière Dariusz Adamski
    régisseur vidéo Antoni Mantorski
    maquilleuses Joanna Chudyk, Monika Kaleta
    accessoires Tomasz Laskowski
    habilleuses Ewa Sokołowska, Elżbieta Fornalska
    machinistes Tomasz Laskowski, Kacper Maszkiewicz
    traduction en français Margot Carlier
    surtitrage Zofia Szymanowska


    production Nowy Teatr, Varsovie
    coproduction Théâtre National de Chaillot, Paris ; La Comédie de Clermont-Ferrand ; Théâtre de Liège ; Hellenic Festival, Athènes ; Bonlieu Scène nationale Annecy ; CULTURESCAPES Switzerland, Bâle

     

    © Magda Hueckel

    À voir aussi

    Krzysztof Warlikowski

    D’origine polonaise, le metteur en scène Krzysztof Warlikowski compte parmi les rénovateurs du langage théâtral en Europe, notamment par les interprétations qu’il propose de pièces du passé. Irriguées de références cinématographiques et souvent d’une utilisation originale de la vidéo, ses productions entraînent le public dans un processus original de recherche du sens et des sens, et sont jouées dans le monde entier. Krzysztof Warlikowski dirige le Nowy Teatr de Varsovie, un centre culturel interdisciplinaire.

    Au théâtre, il travaille régulièrement sur des pièces de Shakespeare (La Mégère apprivoisée, La Tempête, Contes africains d’après Shakespeare d’après Le Roi Lear, Le Marchand de Venise et Othello) et met également en scène Madame de Sade (Mishima), Les Bacchantes (Euripide), Kroum l’ectoplasme (Levin), Angels in America (Kushner), (A)pollonia (d’après Euripide, Eschyle, Jonathan Littell, Hanna Krall, J.M. Coetzee), La Fin (Koniec, d’après Kafka, Koltès et Coetzee), Kabaret warszawski (d’après John van Druten et le film Shortbus par John Cameron Mitchell), Les Français (inspiré du roman À la recherche du temps perdu) ou encore Un Tramway (d’après Tennessee Williams) et Phèdre(s) (d’après Sarah Kane, Coetzee et Wajdi Mouawad) avec Isabelle Huppert. La création la plus récente au Nowy Teatr a été On s’en va d’après Hanokh Levin (juin 2018).
    Très actif à l’opéra, il y dirige de nombreuses productions dont Iphigénie en Tauride (Gluck), Parsifal (Wagner) Le Roi Roger (Szymanowski), Le Château de Barbe-bleue (Bartók) et La Voix Humaine (Poulenc) à l’Opéra national de Paris, La Carrière du libertin (Stravinsky) au Schillertheater de Berlin, ainsi qu’Eugène Onéguine (Tchaïkovski) à l’Opéra de Munich. Il réalise la mise en scène de La Femme sans ombre de Strauss pour célébrer les cinquante ans de la réouverture de l’Opéra de Munich après la seconde guerre mondiale. Il collabore étroitement avec le Teatro Real de Madrid, en particulier pour Le Roi Roger, Poppea e Nerone (Monteverdi, dans une réorchestration de Boesmans) et Alceste (Gluck). Il est également un invité régulier du Théâtre royal de la Monnaie de Bruxelles, où il dirige notamment de nouvelles productions de Médée (Cherubini), de Lulu (Berg) et de Don Giovanni (Mozart).

    En 2009, sa mise en scène de L’Affaire Makropoulos (Jánaček), produite au Teatro Real, est primée aux Premios Liricos. Sa mise en scène de Macbeth (Verdi), donnée au Théâtre Royal de la Monnaie, est quant à elle élue « Meilleure production de l’année 2009-2010 » par le magazine allemand Opernwelt.

    LA PRESSE EN PARLE

    « On s’en va », rêvent de pouvoir dire les personnages de Levin ; « on reste », disent les acteurs qui les interprètent. Ce spectacle est un constant pied de nez.
    Toute l’histoire de la Pologne montre que le théâtre a toujours été un lieu de résistance face aux envahisseurs et aux tyrans. »
    Médiapart, Jean-Pierre Thibaudat, 03 JUI. 18

     

    "Evidemment ce n'est pas toujours gai, mais c'est souvent drôle. De cet humour trempé dans la tragédie que l'on qualifie souvent d'humour juif, et que servent à merveille des acteurs exceptionnels de présence, d'intensité, d'engagement, de complexité dans l'appréhension de leurs personnages. Alors à la fin, c'est une vrai émotion qui vous attrape et vous étreint, devant ces vies tellement "pas réussies" que sauve, par éclats, un sens fragile de la communauté."

    Le Monde, Fabienne Darge 30 JUIN. 18