Actualités
    Chargement ...
    Merci de patienter
    Chargement ...
    Merci de patienter
    Chargement ...
    Merci de patienter

    LE PROBLÈME SANS NOM, ÊTRE MÈRE

    CONCEPTION ET MISE EN SCÈNE PERRINE MAURIN

    SAM.25 MAI

    À 19H
    PETITE SALLE | DURÉE 1H
    ENTRÉE LIBRE (SUR RÉSERVATION)
    THÉÂTRE

    Qu’est-ce qu’être mère ? De loin, cela paraît naturel, c’est un rôle assumé depuis la nuit des temps. De près, cette évidence est loin d’être partagée par celles qui ont accepté de livrer leur histoire.
    Le problème sans nom, être mère part d’une enquête sonore menée par Perrine Maurin sur ce qu’est une mère, ce qui la constitue, sa fonction, son héritage, ses doutes.
    Elle fait le pari d’un travail collectif sur scène pour faire naître un vécu commun.

    conception, mise en scène Perrine Maurin
    chorégraphie Marie Cambois
    scénographie Su-min Park
    création lumière Aurélie Bernard
    assistante à la mise en scène Nathalie Bonafé
    création musicale, régie son Ernest Mollo
    entretiens sonores réalisés par Perrine Maurin
    sons additionnels Carole Rieussec et « La voix de son maître »
    mixage son Hervé Birolini, Anthony Laguerre, Ernest Mollo
    administration, production Hildegarde Wagner

    © Emilie Salquebre

    À voir aussi

    Perrine Maurin

    Après une formation pluridisciplinaire, le parcours de Perrine Maurin s’inscrit dans une pluralité d’expériences artistiques : réalisation audiovisuelle, vidéo expérimentale, théâtre, danse. Un temps journaliste culturel, elle engage très tôt son travail artistique comme conceptrice d’une installation sonore et vidéo à la Galerie d’art contemporain Faux Mouvement à Metz dans le cadre du collectif Peu Importe. Elle associe son expérience en tant que comédienne (Beaucoup de bruit pour rien de Jean-Claude Berruti, 2001 – 4.48, S.Kane de Hubert Colas 2001 – Cie Viracocha en 2000-2001) à celle de journaliste spécialisée Bande Dessinée, Théâtre et Danse pour la revue indisciplinaire Mouvement. À partir de 2002, elle devient assistante à la mise en scène de Thierry Bedard puis fonde la Cie Les patries imaginaires en 2003 tout en continuant à côtoyer l’univers de l’audiovisuel comme assistante à la réalisation sur le documentaire. Dès 2004, elle met en scène le dispositif quadrifrontal Radiographies. En 2006, dans le cadre de la Nuit Contemporaine (Metz), elle met en scène et chorégraphie la performance-dispositif (Un temps), un dispositif insonorisé à mi-chemin entre un dispositif d’art contemporain, un salon d’écoute musicale et une pièce chorégraphique pour 15 spectateurs dans un cube blanc. En 2008, elle met en scène Un-complet, un spectacle transdisciplinaire (vidéo, musique, danse, théâtre) librement inspiré des Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes. Entre 2008 et 2010, elle met en scène les formes courtes du cycle des Archéologie du temps présent, forme #1, forme #2, forme #3 et forme #4.