CRÉATION

L'OCCUPATION

D’ANNIE ERNAUX
MISE EN SCÈNE PIERRE PRADINAS AVEC ROMANE BOHRINGER

MAR.13 | MER.14 | JEU.15 | VEN.16 | SAM.17 MARS

À 20H30 | SAUF JEU. À 19H

PETITE SALLE | DURÉE 1H30

À PARTIR DE 15 ANS | TARIF A
CRÉATION THÉÂTRE

Voici un duo bien connu de la scène annécienne : Pierre Pradinas et Romane Bohringer reviennent « occuper » la petite salle de Bonlieu. Après nous avoir réjouis avec La Cantatrice chauve – qui valut à Romane Bohringer une nomination aux Molières –, nous les retrouvons avec le portrait intime d’une femme aux prises avec les douleurs, jalousies et blessures qui suivent une séparation amoureuse. Seule en scène, la comédienne incarne sublimement le portrait d’une femme blessée d’après l’implacable roman d’Annie Ernaux.
Cette saison, nous découvrons deux moments de la vie d’une femme, sous la plume d'Annie Ernaux. La narration de son histoire d’amour avec Passion simple que met en scène Émilie Charriot et celle de sa séparation avec Occupation par Pierre Pradinas. Une femme se sépare de l’homme qui partageait sa vie. C’est elle qui le quitte, avec sans doute l’espoir de le retrouver un jour… Mais il s’éprend d’une autre. Tout connaître alors de sa rivale sans visage devient une obsession, elle entre dans une passion jalouse qui occupe ses jours et ses nuits. C’est une folle enquête, minutieuse, systématique, un thriller amoureux à la lisière du récit fantastique. Nous partageons ses craintes, son ironie mordante, son langage cru, ses faiblesses et ses audaces qui la rendent bouleversante et drôle. Au-delà de ce qui semble être une parfaite peinture de la jalousie, Romane Bohringer dévoile subtilement le portrait intime d’une femme complexe dans lequel nous pourrions toutes ou tous un jour nous retrouver. Cathartique.


> pour information, Annie Ernaux ne pourra pas être présente pour raison de santé à la rencontre prévue jeudi 15 mars à l’issue de la représentation, la rencontre bord plateau est donc annulée.


L’occupation
texte d’Annie Ernaux
publié aux éditions Gallimard

mise en scène
Pierre Pradinas
musique originale Christophe « Disco » Minck
scénographie Orazio Trotta, Simon Pradinas
lumières Orazio Trotta
images Simon Pradinas
interprétation Romane Bohringer et le musicien Christophe « Disco » Minck


production La Compagnie le Chapeau Rouge est subventionnée par le Ministère de la Culture
coproductions Bonlieu Scène nationale Annecy, La Coursive Scène nationale de La Rochelle, Cie Le Chapeau Rouge

 

© Simon Pradinas

© Marion Stalens

Pierre Pradinas

Il crée la compagnie du Chapeau Rouge en 1978 à Avignon avec un groupe de comédiens dont Catherine Frot, Yann Collette, Thierry Gimenez, Alain Gautré, Jean-Pierre Darroussin. Il choisit et met en scène les pièces qu'elle produit. Baptisé du nom d'une rue d'Avignon où une salle de danse transformée en théâtre accueille ses créations, le collectif se fait connaître en France et à l'étranger. De 1985 à 1987, Pierre Pradinas dirige le Centre Dramatique Régional de Picardie. De 1992 à 1998, le Chapeau Rouge est en résidence au Théâtre La Piscine de Châtenay-Malabry. De 2002 à 2014 Pierre Pradinas est directeur du Théâtre de l'Union, Centre Dramatique National du Limousin. Passionné par le travail avec les comédiens, il s'investit également dans la transmission. Il est ainsi à l'origine de la création de l'école du Passage avec Niels Arestrup en 1990. De 1995 à 1997, il enseigne l'art dramatique à l'École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre (Ensatt). De 2002 à 2014, parallèlement au Théâtre de l'Union, il dirige l'Académie, École Supérieure Professionnelle de Théâtre du Limousin.

Romane Bohringer

En 1991, Romane Bohringer est révélée au théâtre dans La Tempête, mise en scène par Peter Brook. Elle travaille depuis avec Hans Peter Cloos (Roméo et Juliette, Lulu) - Irina Brook (La Ménagerie de verre, La Bonne âme de Se-Tchouan, Lampedusa Beach), Michel Didym (Face de cuillère de Lee Hall, J'avais un beau ballon rouge d'Angela Dematté), Adeline Defay (À la recherche du temps perdu de Marcel Proust), Pierre Pradinas (Le Conte d'hiver de Shakespeare, Fantômas revient, L'Enfer, Les Amis du placard et Mélodrame(s) ! de Gabor Rassov, 29 degrés à l'ombre et Embrassons-nous, Folleville d'Eugène Labiche, Oncle Vania d'Anton Tchekov) et Philippe Rebbot (Un privé à Babylone de Richard Brautigan). Dernièrement, elle retrouve Irina Brook dans Lampedusa Beac de Lina Posa (Théâtre national de Nice et Théâtre de l'Atelier) et Terre Noire de Stefano Massini. Au cinéma, Romane Bohringer reçoit en 1992 le César du meilleur jeune espoir féminin pour le film de Cyril Collard Les Nuits fauves. Elle choisit souvent des oeuvres exigeantes, aux côtés de réalisateurs aussi divers que Claude Miller (L'Accompagnatrice), Martine Dugowson (Portraits chinois), Yves Angelo (Le Colonel Chabert), Agnieska Holland (Rimbaud Verlaine), Bigas Luna (La Femme de chambre du Titanic), Olivier Dahan (Le Petit Poucet), Benoît Cohen (Nos enfants chéris), Chantal Richard (Lili et le baobab), Richard Bohringer (C'est beau une ville la nuit), Maïwenn Le Besco (Le Bal des actrices), Gilles Bourdos (Renoir), Laurent Laffargue (Les Rois du monde) Jean-Claude Barry (Le Gang des Antillais).

À voir aussi